Immobilier au Portugal : l’investissement des acheteurs étrangers permet de limiter les dégâts

Le marché de l’immobilier se maintient, principalement grâce aux investisseurs non résidents. La récession de 2020 devrait être la plus violente depuis 1928, voire pire, et le tourisme va chuter de 60 %.

Sans les étrangers, les ventes de maisons auraient fortement chuté pendant la pandémie, affirme le Banco de Portugal (BdP). En fait, en mai, il y avait déjà des signes de revitalisation du marché. Malgré cela, les nouveaux investissements au niveau mondial devraient chuter d’environ 11 % cette année, ce qui constituera le pire record depuis la crise du temps de la troïka (2012). La construction et l’immobilier résistent à l’hécatombe provoquée par le covid-19.

Selon le Bulletin économique publié hier, l’impact négatif sur l’achat de logements devrait être « relativement limité, dans un contexte de maintien de conditions de financement favorables et d’une certaine attractivité de ce type d’actifs en tant qu’application de l’épargne et en demande par les non-résidents [étrangers]. L’année dernière, les investisseurs internationaux étaient responsables de 78 % des montants investis dans l’immobilier, selon le consultant Cushman & Wakefield.

En outre, l’investissement dans la construction « semble avoir conservé un certain dynamisme », « les ventes de ciment ont augmenté d’environ 7 % en mars et de plus de 10 % en avril, ce qui laisse penser que les travaux en cours se sont poursuivis.

A lire : Acheter au Portugal

Les ventes immobilières se redressent avec le déconfinement

La vente de logements au Portugal a augmenté de 23% en mai, par rapport au mois précédent, après une baisse de 53% en avril. Les prix des logements ont également augmenté de 0,9 % en mai par rapport à avril, mais en glissement annuel, le prix de vente commence à montrer un « net ralentissement » en raison d’une stagnation en février, mars et avril. En effet, une enquête de l’association immobilière APEMIP, relative au mois de mai, révèle qu’environ 80 % des sociétés immobilières ont subi une baisse de leurs ventes par rapport à l’année dernière, mais sans grande variation des prix.

A lire : Investir dans l’immobilier au Portugal

Secteur de l’investissement

L’investissement public devrait avoir « une croissance supérieure au PIB sur tout l’horizon de projection », jusqu’en 2022, estiment les économistes du BdP, expliquant que cette évolution se produira parce que le pays bénéficiera « de l’augmentation des recettes des fonds européens associée à la fin de la période de programmation actuelle, notamment en 2020-21 ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *