Accueil » Investir dans l’immobilier : le guide 2021 de l’investissement immobilier » Investir dans l’immobilier en Argentine

Investir dans l’immobilier en Argentine

Les étrangers peuvent-ils acheter des biens immobiliers en Argentine ?

Oui, il est tout à fait raisonnable de penser qu’un étranger peut acheter des biens immobiliers en Argentine. Tout ce dont vous avez besoin pour commencer est un passeport en cours de validité.

Les aspects juridiques et les droits de propriété en Argentine peuvent être un peu plus compliqués. Ces complexités sont encore plus difficiles à surmonter lorsque vous n’êtes pas familier avec les attentes locales et régionales.

Se conformer à toutes les exigences légales argentines est presque impossible si vous ne parlez pas espagnol. Dans un premier temps, assurez-vous de vous entourer des bons professionnels.

Trouvez les experts immobiliers dont vous avez besoin

Pour commencer, il existe deux types de professionnels que vous devez trouver avant de tenter d’acheter une propriété en Argentine par vos propres moyens. Leurs titres en espagnol sont les suivants :

Abogado – Un avocat
Escribano – Un notaire public
Le recours aux services de ces professionnels peut vous faire gagner beaucoup de temps. Ils peuvent vous aider à vous assurer que vous remplissez tous les documents nécessaires et que vous le faites légalement.

Ces professionnels sont également nécessaires pour plusieurs parties du processus d’achat, comme vous le verrez plus tard. Par exemple, votre Escribano sera probablement chargé de conserver votre dépôt pendant que le reste de la transaction se déroule.

Remplissez les documents nécessaires

Il n’est pas surprenant que de nombreux documents soient nécessaires avant que vous puissiez acheter une propriété. Voici deux documents dont vous aurez besoin dans le cadre de cette procédure :

Clave De Identificación (CUIL)
Un visa touristique en cours de validité
Vous serez peut-être surpris d’apprendre qu’un visa touristique suffit à vous permettre d’acheter une propriété en Argentine. Mais, en effet, vous n’aurez pas besoin de prouver un quelconque statut de résident avant d’acheter un terrain.

Toutefois, si vous n’êtes pas un résident légal de l’Argentine, vous devrez trouver un représentant qui l’est. Celui-ci est nécessaire pour payer les impôts fonciers.

Quelle est la procédure à suivre, étape par étape, pour acheter un bien immobilier en Argentine ?

Supposons que vous ayez réuni la bonne équipe et rempli les premiers documents. Vous serez peut-être tenté de commencer à chercher des propriétés immédiatement. Mais avant de le faire, vous devez connaître à l’avance toutes les étapes du processus d’achat.

Vous trouverez ci-dessous une liste des composantes du processus d’achat d’une propriété en Argentine.

Offre (Reserva)
Contrat (Boleto)
Acompte (Sena)
Transfert du titre de propriété (Escritura)
Il y a de fortes chances que vous ne soyez pas familier avec ces termes et leur signification. Voyons comment chacun de ces éléments joue un rôle dans votre recherche d’une propriété en Argentine.

1. Offre initiale (Reserva)

Une reserva, également connue sous le nom de reserva de compra, est identique à une offre initiale. La réalisation d’une reserva est la première étape après avoir trouvé la propriété que vous souhaitez acheter. Ce document contiendra certaines informations essentielles, comme les suivantes :

Le prix que vous proposez pour le bien
La date de clôture de la vente
Le nom de votre Escribano
les éventuelles conditions particulières de l’achat.
En plus de ces informations essentielles, vous voudrez inclure un acompte pour montrer votre sérieux dans l’achat de la propriété. Souvent, ce montant s’élève à environ 10 % du prix demandé. Toutefois, ce chiffre peut varier considérablement en fonction de l’emplacement et de la valeur de la propriété.

À ce stade, l’acheteur potentiel doit faire preuve de diligence raisonnable. Vous devez demander les plans du site, les plans d’étage ou les dossiers sur l’historique de la propriété. Négliger ces éléments peut vous coûter cher plus tard si vous devenez propriétaire du bien.

Après avoir effectué votre réservation, le vendeur a trois possibilités :

accepter l’offre
rejeter l’offre
Contrer l’offre
Dans de nombreux cas, c’est la troisième option qui est la plus probable. Soyez donc prêt à négocier pour obtenir le bien que vous voulez.

2. Le contrat (Boleto)

Après avoir conclu un accord, l’étape suivante consiste à rédiger un contrat privé appelé « boleto ». Il s’agit de l’accord officiel entre l’acheteur et le vendeur qui énumère tous les détails de la vente potentielle.

En Argentine, il est courant que les vendeurs reçoivent 30 à 50 % du paiement total de la propriété à ce stade. Ce pourcentage élevé a pour but d’aider le vendeur à trouver un nouveau bien pour remplacer celui qu’il vend.

Un boleto apparaît généralement dans les quinze jours suivant l’acceptation de votre reserva par le vendeur. Toutefois, dans certains cas, un boleto n’est pas nécessaire. Cela se produit le plus souvent lorsque l’acheteur et le vendeur se mettent d’accord sur un prix et veulent conclure la transaction le plus rapidement possible.

3. Acompte (Sena)

Le sena est l’équivalent de ce que nous appelons un acompte. Parfois, le sena peut servir à remplacer le boleto.

Le sena représente généralement entre six et dix pour cent du coût total de la propriété. C’est aussi un moyen de légitimer l’engagement des deux parties dans la vente.

Si l’acheteur se retire après avoir fait un sena, il perd l’argent qu’il a versé. Si le vendeur se retire à ce stade, il doit payer le double du sena à l’acheteur potentiel.

4. Transfert du titre de propriété (Escritura)

C’est la dernière partie du processus d’achat. L’escritura est le transfert de titre qui a lieu entre l’acheteur et le vendeur à la date de clôture.

Ici, l’Escribano doit avoir l’ancien acte de propriété. Il doit également avoir effectué toutes les recherches préventives avant cette date.

Coûts (frais) associés à un investissement immobilier en Argentine

Une image des coûts de transaction immobilière en Argentine avec des coches à côté des frais.
En plus du coût de la propriété elle-même, il y aura plusieurs dépenses supplémentaires que vous devrez payer. Voici la plupart des paiements courants que vous devrez effectuer.

Frais d’engagement d’un notaire – 2 % de la valeur de clôture de la propriété
Frais de notaire supplémentaires – 2 % de la valeur de clôture de la propriété
Honoraires de l’agent immobilier (le cas échéant) – 3 à 4 % de la valeur de clôture de la propriété, selon la région.
Frais de timbre – 1,8 % de la valeur du bien à la clôture de la transaction
Frais d’enregistrement – 0,2 % de la valeur de la propriété finale
En plus de ces frais, il y a d’autres frais que le vendeur doit couvrir. Il s’agit notamment d’un droit de timbre égal et des frais de transfert de titre.

A lire : investir dans l’immobilier en Espagne