Le prix de l’immobilier américain augmente après le Covid-19

Le marché immobilier américain sort de son nadir printanier provoqué par la pandémie de coronavirus, alors que les prix augmentent et que les stocks rebondissent lentement, selon le rapport mensuel sur les tendances du logement de realtor.com publié jeudi.

Au milieu d’un inventaire en baisse et d’une croissance minuscule des prix, le marché immobilier global a atteint un point bas à la mi-avril, selon le rapport, pour ensuite voir le prix médian des inscriptions augmenter jusqu’à un record de 330 000 dollars en mai. En glissement annuel, cela représente une augmentation de 1,6 %.

« Les données de mai sur le prix des maisons démontrent la force sous-jacente du marché immobilier américain malgré les défis posés par la pandémie de Covid-19 », a déclaré l’économiste en chef de realtor.com, Danielle Hale, dans le rapport.

« Le fait que les prix des maisons soient à un niveau record montre que l’élan que le marché avait avant la pandémie a contribué à maintenir les attentes des acheteurs et des vendeurs à un niveau stable. Les pénuries de stocks qui continuent de s’aggraver poussent également les prix des maisons à la hausse, même si les maisons se vendent plus lentement », a-t-elle déclaré. L’investissement immobilier aux Etats-Unis se maintient donc au beau fixe.

Plus forte hausse des prix à Los Angeles et Pittsburgh

Les régions où la croissance annuelle des prix médians a été la plus forte en mai ont été Los Angeles-Long Beach-Anaheim, en Californie (+14,9 %) et Pittsburgh (+14 %).

Bien que les hausses de prix apportent un semblant de stabilité au marché immobilier, de nombreuses villes ont été martelées par une pénurie de propriétés disponibles.

Les régions métropolitaines qui ont connu les plus fortes baisses des inscriptions actives d’une année sur l’autre en mai sont les régions de la côte Est les plus touchées par le coronavirus. Les trois premières sont : la région englobant Philadelphie ; Camden, New Jersey ; Wilmington, Delaware et certaines parties du Maryland (-38,6%) ; Providence-Warwick, Rhode Island et certaines parties du sud du Massachusetts (-35,8%) ; et Baltimore-Columbia-Towson dans le Maryland (-34,5%).

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *